Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


oncle et moi nous aimerions assez à nous aimer, et, comme nous ne le pouvons pas tout simplement et tout uniment, nous voulons au moins avoir l’air de nous quereller comme si nous nous aimions. Nous suppléons à la tendresse par les bouderies et les pointilleries des amans ; et comme, à 16 ans, je disais : Je me tue, donc je m’amuse [1], mon oncle et moi nous disons : Nous nous faisons d’amers reproches, les reproches sont quelquefois tendres, les nôtres ne le sont pas, mais ils pourraient l’être, donc nous nous aimons très tendrement.

« Mais vous, madame, vous qui n’avez pas besoin de tordre le col à de pauvres argumens pour croire à notre amitié, pourquoi me dire : Si mes longs et minutieux détails vous ennuient... [2] ? Vous êtes drôle avec vos minuties : c’est dommage que vos lettres ne soient pas des résumés de l’histoire romaine, et que dans ces lettres vous parliez de vous. Que n’abrégez-vous la vie d’Alexandre et de César ? cela serait amusant et point minutieux.


Le 12 à midi.

« J’arrive d’une promenade à cheval où j’ai cru cent fois me casser le cou. Il gèle toujours plus fort, et toutes les rues sont des mers de glace. Mon cheval qui avait peur d’avancer, sautait et se cabrait, tout en glissant à chaque pas, et, pour comble de malheur, j’ai eu toute la ville à traverser. Brunswick est un cercle presque aussi exact qu’on pourrait en tracer un sur du papier. Et moi qui ne connais pas trop les rues et qui ai toujours la fureur de ne pas demander le chemin, j’ai erré ce matin au moins une heure et demie dans la ville sur ces rues glacées, et je ne me suis approché de chez moi qu’en tournoyant. Depuis les remparts, dont j’avais fait le tour, voilà comme j’ai été chez moi. Le cheval est bon au reste, et me servira beaucoup cet été. Il est un peu vif, mais point ombrageux, et je connais tant de bêtes ombrageuses et point vives, que ce contraste me prévient en faveur de la mienne plus que je ne saurais dire [3].

  1. Autre forme et variante de son refrain favori ; ainsi, il ne s’en faisait faute dès l’âge de seize ans.
  2. Benjamin Constant a bien de la peine à persuader à ses amis qu’il les aime ; ceux-ci pressentent qu’il lui sera impossible de ne pas leur échapper bientôt. Il s’ennuie si vite, il se distrait si aisément ! Mais peut-être ont-ils tort de le lui dire ; il est tel blâme (lui-même l’a remarqué avec finesse) qui ne devient juste que parce qu’il fut prématuré. Toutes ces pages datées de Brunswick sont autant de pièces justificatives et explicatives du début d’Adolphe.
  3. Benjamin revient à diverses reprises sur ce cheval et sur les mérites qu’il lui trouve : « Mon cheval et mes projets de chevaux m’amusent et me tiennent lieu des ânes. Ce sont d’excellentes bêtes que les chevaux ; je leur veux tant, tant de bien ! ils sont si bonne compagnie ! »