Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/823

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tour, engendre les maux les plus graves ; elle verse un poison mortel dans les veines du corps social ; elle marche dans l’ombre, suivie du vol et de l’assassinat. Le système de M. Mangin pouvait satisfaire la morale officielle en écartant de nos yeux de hideux spectacles, mais il portait une atteinte profonde à la sécurité publique ; la police de la prostitution est toujours placée entre deux écueils : facile et indulgente, elle blesse les murs ; dure et impitoyable, elle menace le repos des familles. C’est à ménager ce double et contradictoire intérêt que doit s’appliquer la vigilance du préfet de police, et le public semble accepter les mesures actuellement en vigueur comme la solution la plus satisfaisante d’un problème qui n’en admet point, d’irréprochables.


V

La police politique a écarté les séditions, la police de sûreté prévenu ou surpris les attentats des malfaiteurs ; toutes deux de concert ont étendu sur la ville une bienfaisante protection ; Paris obtient de la police administrative les jouissances de la vie, le bien-être dans sa plus large acception ; la police administrative pourvoit à sa subsistance, facilite sur tous les points une circulation libre, aisée et sûre, et fait disparaître tout ce qui porterait atteinte à la salubrité publique. Les subsistances, la circulation, la salubrité, tels sont, dans leur signification la plus étendue, les objets de sa vigilance.

Les gras pâturages du nord, de l’ouest, du centre, élèvent de nombreux bestiaux. L’administration de Paris les appelle vers la capitale, non par des moyens de contrainte toujours impuissans, toujours suivis d’inquiétudes qui repoussent le producteur au lieu de l’attirer, mais par des facilités spéciales qui lui promettent une vente assurée, un recouvrement immédiat et certain ; la liberté en ces matières est un principe de bonne administration autant qu’un droit politique. Les denrées se portent d’elles-mêmes, pour ainsi dire, sur un marché d’un million de consommateurs ; il suffirait presque à l’autorité publique de ne point les repousser.

Celle de Paris se montre facile, complaisante, préoccupée des intérêts des producteurs. De vastes marchés leur sont ouverts pour l’approvisionnement : à Sceaux et à Poissy, d’immenses hangars, des abris sûrs, des établissemens qui offrent toute commodité, admettent les bœufs, les veaux, les moutons ; les bouchers qui viennent les acheter se libèrent au comptant au moyen des avances faites par la