Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/53

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Il se coucha ; mais il était à peine huit heures qu’Arnold arriva avec deux de leurs amis qui, la veille, avaient été témoins du pari.

— Bonjour, Marcel. Encore couché ? Je le crois bien. Du reste, tu n’as pas beaucoup dormi, heureux coquin !

Marcel. — Commencez par vous en aller tous, et laissez-moi dormir.

Arnold. — Le cheval est dans ta cour.

Marcel. — Quel cheval ?

Arnold. — Le cheval que j’ai perdu, mon cheval bai.

Marcel. — Allons donc ! garde ton cheval et laisse-moi dormir.

Arnold. — Comment ! tu ne l’as donc pas gagné ? Alors tu avoues que tu mentais quand tu nous disais que tes soins auprès de Mme d’Erghem n’avaient pas été infructueux ? Sais-tu que ce serait là une action bien plus laide que mon visage ?

Marcel. — Allons donc, Arnold, tu fais là des phrases pour le plaisir de pérorer : tu sais mieux que personne à quoi t’en tenir sur notre pari ; mais ce n’était pas un pari sérieux, et tu peux remmener ton cheval.

Arnold. — Je sais à quoi m’en tenir… c’est selon.

Marcel. — Je m’en rapporte à Charles et à Théodore : tu ne m’as pas quitté hier de la soirée, tu m’as vu franchir la muraille et sauter dans le jardin ; mais tu m’ennuies fort avec tes gageures : j’ai fait hier une indiscrétion dont je me repens, et je m’impose la punition de ne pas accepter ton cheval.

Arnold. — Que tu as si bien gagné.

Marcel. — Certes.

Arnold. — Encore un mot, et ce sera tout : à quelle heure es-tu sorti ?

Marcel. — Au point du jour.

Arnold. — Vrai ! eh bien ! alors, tu as dû être joliment trempé.

Marcel. — Non, la pluie a tombé vers deux heures.

Arnold. — C’est égal, tu as dû être bien mouillé ; j’ai bien ri tout le temps de l’averse.

Marcel. — Je ne vois pas ce qu’il y avait là de si comique.

Arnold. — Ah ! si fait, bien ; je pensais aux heures délicieuses que tu passais.

Marcel. — Eh bien ?

Arnold. — Eh bien ! il y a, malheureux, que tu as passé ta nuit à la belle étoile, si tant est qu’on en pût voir par le temps qu’il faisait ; il y a que la maison était entièrement inhabitée, que Mme d’Er-