Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/435

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il lit au front de ceux qu’un vain luxe environne
Que la fortune vend ce qu’on croit qu’elle donne.

— Et Voiture, dit le second, dans une lettre au comte de Guiche : « Pour l’ordinaire, la fortune nous vend bien chèrement ce qu’on croit qu’elle nous donne. »

Pour le troisième frère, il continuait de fumer sa pipe et de boire de temps à autre une gorgée de bière.

— Mais que faire ?

— C’est une grande sottise qu’ont eue les hommes de faire dépendre leur honneur de la fidélité de leurs femmes, dit le second frère.

— Ah ! mon Dieu ! il est neuf heures moins un quart, et je l’entends qui sort ! Elle va passer par ici ; je vais lui défendre de sortir.

— Ne vous en avisez pas, dit le second frère ; nous n’avons aucun droit sur elle. Elle saura bien vous le dire.

— Alors je vais la suivre…, et malheur à elle ! malheur à lui

— Gardez-vous-en bien ! Quels sont encore vos droits ?

— Mais que faire ? que faire ?… Elle ouvre la porte : la voici !

Le troisième frère, sans quitter sa pipe, prit avec deux doigts un bouton de l’habit de celui de ses frères qui était le plus près de lui, et l’arracha, non sans faire une notable déchirure à l’habit. La femme, à ce moment, traversait la chambre pour sortir ; elle salua ses beaux-frères, et dit : — Adieu, mes frères ; je vais chez ma mère.

— Ma chère sœur, dit le troisième frère, il faut absolument qu’avant de vous en aller, vous fassiez un point à l’habit de mon frère et que vous rattachiez ce bouton arraché.

— Mais ne peut-il mettre un autre habit ? demanda-t~elle avec impatience.

— Non, ma sœur ; nous allons ensemble dans un endroit où on doit être en habit noir, et il n’a que celui-ci.

— Mais il faut une heure pour raccommoder cet accroc.

— Oh ! que non, un petit quart d’heure suffira.

Elle paraissait anéantie ; mille idées traversaient sa tête. Cependant il fallut se résigner ; d’abord elle essaya de se hâter, mais bientôt elle s’aperçut qu’il n’y avait pas moyen d’arriver à temps, ses mains tombèrent découragées ; puis, comme si elle se réveillait d’un songe, elle se remit à coudre avec une ardeur convulsive. Mais une pendule sonna neuf heures, que l’ouvrage était loin d’être terminé.

— Mon frère, dit-elle, vous avez une affreuse habitude de fumer ainsi, toute la maison en est infectée…