Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/238

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Et en disant ces paroles, M. de Lieben sauta dans le bateau, et délia l’amarre avant que le père Leleu, qui n’était plus bien agile, eût pu l’en empêcher ; il se poussa à quelques pas du rivage, et dit :

— Voyez maintenant, ou conduisez-moi, ou je me mets en route tout seul.

Leleu réfléchit un moment, et dit : — Je vous conduirai, jetez-moi l’amarre. Vous êtes plus entêté que moi.

M. de Lieben lui jeta une corde au moyen de laquelle il ramena à terre le bateau sur lequel il monta. — Monsieur, dit-il, vous feriez mieux de ne pas vous obstiner et de revenir à terre.

— Non, non, en route.

— En route donc ! — dit tristement le père Leleu. Il prit les avirons, et commença à ramer du côté où Louis avait disparu dans la brume. Au bout d’un quart d’heure, il dit : — Monsieur, il est encore temps ; vrai, vous feriez mieux de m’ordonner de retourner à la maison.

— Allons donc ! vieux radoteur.

— Allons, dit le père Leleu.

Un quart d’heure après, il dit : — Voilà l’île de M. de Wierstein.

— Ça ?

— Ça.

— Ça n’est pas grand.

— Ça paraît comme ça ; mais, quand vous serez dedans, vous en serez content. Pourtant, monsieur, si vous vouliez, nous pourrions encore retourner.

— Taisez-vous, et abordez.

— Vous le voulez ? dit le père Leleu.

Il aborda. M. de Lieben sauta à terre. Le père Leleu au même instant se poussa loin du rivage et rama sans bruit pour retourner chez lui. M. de Lieben fit quelques pas dans l’île, puis revint à la place où il supposait le bateau, et dit à voix basse : Je vous retrouverai là, père Leleu.

Il se remit en route ; mais il ne tarda pas à reconnaître la vengeance du vieux batelier. Il n’avait pas fait quinze pas à travers les osiers, qu’il retrouva la rivière ; il la prit dans l’autre sens, il fit quinze pas, et trouva encore la rivière.

Il revint en courant à l’endroit où il avait laissé le bateau, il ne le trouva pas. Je me suis peut-être trompé, dit-il, et il fit tout le tour de l’île, appelant le père Leleu d’abord à voix basse, puis élevant la voix jusqu’au cri. Pas de père Leleu !