Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE MINISTRE.

Qui l’appuie ?

LE SECRÉTAIRE-GÉNÉRAL.

M……

LE MINISTRE.

Un député de l’opposition ! Je ne lui ferai pas le chagrin de contredire le conseil d’état pour lui. Rejeté.

LE SECRÉTAIRE-GÉNÉRAL.

Je l’avais prévu. Voici la lettre d’avis.

LE MINISTRE.

Je ne la signe point.

LE SECRÉTAIRE-GÉNÉRAL.

Pourquoi ?

LE MINISTRE.

Il s’en ferait un titre auprès des électeurs.

LE SECRÉTAIRE-GÉNÉRAL, à part.

Je lui écrirai en mon nom personnel.


SCENE XVI.
LES MÊMES, L’HUISSIER.
L’HUISSIER.

Le préfet de….. demande à être admis ; il quitte Paris et dit que son excellence lui a ordonné de venir avant son départ.

LE MINISTRE.

C’est vrai ; faites-le entrer. (Au secrétaire-général.) Restez. Vous n’êtes pas de trop ; d’ailleurs, il est de vos amis. C’est vous qui l’avez fait nommer : nous causerons devant vous. Je donnerai, tout en l’écoutant, les signatures les plus pressées.


SCÈNE XVII.
LE MINISTRE, LE SECRÉTAIRE-GÉNÉRAL, LE PRÉFET.
LE PRÉFET.

D’après les ordres de votre excellence, je viens prendre ses instructions au moment de me rendre à mon poste.