Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Elle aurait pleuré, si sa main
Sur son cœur froidement posée
Eût jamais, dans l’argile humain,
Senti la céleste rosée.

Elle aurait aimé, si l’orgueil,
Pareil à la lampe inutile
Qu’on allume près d’un cercueil,
N’eût veillé sur son cœur stérile.

Elle est morte, et n’a point vécu.
Elle faisait semblant de vivre.
De ses mains est tombé le livre
Dans lequel elle n’a rien lu.


ALFRED DE MUSSET.