Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 23.djvu/707

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE


THEÂTRE EN ITALIE.




IV.


Les Quatre Masques du théâtre.[1]




Les quatre masques du théâtre italien forment la transition naturelle des types populaires de la comédie dell’arte aux personnages de la comédie de caractère. Chacun de ces masques, en effet, représente un caractère tranché comme son costume. Pantalon, Arlequin, Brighella et le Docteur bolonais sont ces quatre nouveaux personnages. D’où vient que Polichinelle et Scaramouche ont fait bande à part, et n’ont pas été rattachés à ce petit groupe ? L’analogie entre ces bouffons est si grande, et leurs habitudes dramatiques se ressemblent sous tant de rapports, que nous avons peine à trouver les motifs de cette exclusion. À vrai dire, il n’en existe peut-être qu’un seul, l’absence du masque. Les pièces dans lesquelles jouent les quatre masques sont, en général, des pièces à canevas, qui ne se distinguent des farces populaires de Florence, Rome ou Naples, que par des

  1. Voyez les livraison du 15 mars, 15 avril et 15 juin ; cet article complète et termine la série.