Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 23.djvu/665

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DE L'ETAT ACTUEL


DE


L'ANGLETERRE


ET


DU MINISTERE WHIG.




Il y a un mois, la session du parlement anglais se traînait péniblement vers sa fin, sans qu’aucun signe extérieur annonçât que la politique fût, au dedans ou au dehors, à la veille d’une crise. Au dedans, les chartistes et les socialistes continuaient bien à prêcher leurs doctrines, mais froidement et en hommes qui sentent que leur temps n’est pas venu. Au dehors, l’affaire d’Orient n’avait pas cessé de fixer l’attention, mais la négociation Brunow semblait avortée, et toute crainte d’une rupture entre la France et l’Angleterre indéfiniment ajournée. La situation chaque jour plus faible du ministère whig, et l’attitude chaque jour plus confiante du parti tory, tel était le sujet presque unique de la préoccupation générale, celui qui devait défrayer les banquets politiques pendant l’intervalle des sessions.