Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 23.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
59
COLOMBA.

Qu’est-ce à dire, maroufle ! 55 francs ? lui dis-je. — Je veux dire 65, me répond-il, mais pour 100 que vous me demandez, c’est impossible. — Comment, drôle ! je te demande 100 francs ? Je ne te connais pas. — Alors il me remet une lettre ou plutôt un chiffon tout sale par lequel on l’invitait à déposer 100 francs dans un lieu qu’on indiquait, sous peine de voir sa maison brûlée et ses vaches tuées par Giocanto Castriconi, c’est mon nom. Et l’on avait eu l’infamie de contrefaire ma signature ! Ce qui me piqua le plus, c’est que la lettre était écrite en patois, pleine de fautes d’orthographe ; moi, faire des fautes d’orthographe, moi, qui avais tous les prix à l’université ! Je commence par donner à mon vilain un soufflet qui le fait tourner deux fois sur lui-même. — Ah ! tu me prends pour un voleur, coquin que tu es, lui dis-je, et je lui donne un bon coup de pied où vous savez. Un peu soulagé, je lui dis : Quand dois-tu porter cet argent au lieu désigné ? — Aujourd’hui même. — Bien ! va le porter. — C’était au pied d’un pin, et le lieu était parfaitement indiqué. Il porte l’argent, l’enterre au pied de l’arbre et revient me trouver. Je m’étais embusqué aux environs. Je demeurai là avec mon homme six mortelles heures. Monsieur della Rebbia, je serais resté trois jours s’il eût fallu. Au bout de six heures, paraît un Bastiaccio[1], un infâme usurier. Il se baisse pour prendre l’argent, je fais feu, et je l’avais si bien ajusté, que sa tête porta en tombant sur les écus qu’il déterrait. — Maintenant, drôle ! dis-je au paysan, reprends ton argent, et ne t’avise plus de soupçonner d’une bassesse Giocanto Castriconi. — Le pauvre diable tout tremblant ramassa ses 65 francs sans prendre la peine de les essuyer ; il me dit merci, je lui allonge un bon coup de pied d’adieu, et il court encore.

— Ah ! curé, dit Crandolaccio, je t’envie ce coup de fusil-là. Tu as dû bien rire ?

— J’avais attrapé le Bastiaccio à la tempe, continua le bandit, et cela me rappela ces vers de Virgile :

Diffidit, ac multa Liquefacto tempora plumbo
Diffidit, ac multâ porrectum exlendit arenâ.

Liquefacto ? Croyez-vous, monsieur Orso, qu’une balle de plomb se fonde par la rapidité de son trajet dans l’air ? Vous qui avez étudié la ballistique, vous devriez bien me dire si c’est une erreur ou une vérité ?

Orso aimait mieux discuter cette question de physique, que d’ar-

  1. Les Corses montagnards détestent les habitans de Bastia, qu’ils ne regardent, pas comme des compatriotes. Jamais ils ne disent Bastiese, mais Bastiaccio : on sait que la terminaison en accio se prend quelquefois dans un sens de mépris.