Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 23.djvu/449

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aurait bien voulu l’être autant, a merveilleusement parlé de Mme de Longueville. C’est l’unique gloire de notre portrait, de rassembler tous ces traits : « Madame de Longueville a naturellement, dit-il, bien du fond d’esprit, mais elle en a encore plus le fin et le tour. Sa capacité, qui n’a pas été aidée par sa paresse, n’est pas allée jusques aux affaires dans lesquelles la haine contre M. le Prince l’a portée, et dans lesquelles la galanterie l’a maintenue. Elle avoit une langueur dans ses manières, qui touchoit plus que le brillant de celles mêmes qui étaient plus belles ; elle en avoit une même dans l’esprit qui avoit ses charmes, parce qu’elle avoit, si l’on peut le dire, des réveils lumineux et surprenans. Elle eût eu peu de défauts, si la galanterie ne lui en eût donné beaucoup. Comme sa passion l’obligea de ne mettre la politique qu’en second dans sa conduite, d’héroïne d’un grand parti elle en devint l’aventurière. La Grace a rétabli ce que le monde ne lui pouvoit rendre. »

Autant, dans la Fronde, on voit Mme de Longueville supérieure, comme esprit, à Mme de Montbazon par exemple, ou à Mlle de Chevreuse (ce qui est trop peu dire), ou même à Mademoiselle, autant elle reste inférieure à son amie la princesse Palatine, véritable génie, ferme, ayant le secret de tous les partis, et les dominant, les conseillant avec, loyauté et sang-froid ; non pas l’aventurière, elle, mais l’homme d’état de la Fronde. « Je ne crois pas que la reine Élisabeth ait eu plus de capacité pour conduire un état, » dit Retz.

Pourquoi Bossuet n’a-t-il pas célébré Mme de Longueville, comme il a fait cette autre princesse pénitente, dont il prononçait l’oraison funèbre dans l’église de ces mêmes carmélites du faubourg Saint Jacques ? M. le Prince, qui lui demanda cet éloquent office pour la mémoire de la Palatine, n’eut pas l’idée, à ce qu’il paraît, quelques années auparavant, de lui exprimer le même désir à l’égard de sa sœur. En jugea-t-il l’accomplissement par trop impossible dans cette bouche retentissante ? Les difficultés en effet étaient grandes ; la pénitence même de Mme de Longueville avait gardé quelque chose de rebelle. Bossuet n’aurait pu dire ici bien haut, comme de la princesse Palatine : « Sa foi ne fut pas moins simple que naïve. Dans les fameuses questions qui ont troublé en tant de manières le repos de nos jours, elle déclaroit hautement qu’elle n’avoit d’autre part à y prendre, que celle d’obéir à l’église. » Port-Royal eût été un écueil plus périlleux à toucher que la Fronde ; on aurait pu encore, dans l’arrière-fond, faire, jusqu’à un certain point, vaguement pressentir M. de La Rochefoucauld ou M. de Nemours, mais non pas M. Singlin.