Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/906

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
898
REVUE DES DEUX MONDES.

service de la Russie et s’acquit la confiance d’Alexandre. Nul mieux que lui n’entra dans les intentions de ce monarque, aux heures de politique généreuse ; la France lui dut, en 1815, plus d’un bon office, dont Louis XVIII et le duc de Richelieu ont emporté le souvenir. Détaché de la Russie lors du soulèvement de la Grèce, et bientôt porté à la présidence de cette nation à peine émancipée, il eut à lutter contre des difficultés de tout genre, et les plus nobles intentions ne le sauvèrent pas. Il tomba en octobre 1831, sous le poignard. La publication actuelle est tout-à-fait propre à éclaircir les idées sur son administration, sur la ligne qu’il voulut suivre, les efforts qu’il prodigua, et à répondre aux calomnies qui ne lui furent pas épargnées. Une notice biographique, due à la plume affectueuse et éloquente de M. de Stourdza, nous le montre tel qu’il est resté au cœur de ceux qui l’ont aimé. Nous ne faisons qu’annoncer aujourd’hui cet ouvrage, qui, contrôlé par d’autres écrits, deviendra pour quelqu’un d’entre nous, nous l’espérons, l’occasion et le texte d’une étude plus approfondie et d’un portrait de l’homme d’état même.


Les récits des temps mérovingiens[1], de M. Augustin Thierry, ont paru il y a quelques jours. C’est le premier ouvrage suivi et étendu que l’illustre écrivain ait publié depuis ce déplorable accident qui, selon le mot de M. de Châteaubriand, l’a assimilé à Milton et à Homère. On retrouve dans ce livre toutes les éminentes qualités de l’Histoire de la conquête de l’Angleterre, avec les perfections nouvelles d’un génie mûri encore et maintenant dans toute sa plénitude. Nos lecteurs sont initiés d’avance à ces tableaux des temps barbares où les mœurs du vie siècle se trouvent reproduites avec un art si simple à la fois et si admirable. Les Récits des temps mérovingiens sont précédés d’une vaste introduction qui est, à elle seule, un livre. Ces considérations, tout-à-fait neuves et pleines de sagacité et d’élévation, embrassent le développement des systèmes historiques, depuis le xvie siècle jusqu’à nos jours. C’est un morceau tout-à-fait capital. Nous reviendrons bientôt, et avec détails, sur les Récits des temps mérovingiens.



V. de Mars.
  1. Deux vol. in-8°, chez Just Tessier, quai des Augustins, 37.