Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/449

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POETES


ET


ROMANCIERS MODERNES


DE LA FRANCE




XXXV.
NEPOMUCENE LEMERCIER.



A la fin du XVIIIe siècle, — c’est une ingénieuse remarque de Grimm, — de tous les ouvrages de l’esprit, celui qu’on pouvait faire avec le moins de talent et d’imagination, c’était une tragédie médiocre. Après Voltaire, le théâtre ne vécut que du souvenir des maîtres, et la pire de toutes les races littéraires, je veux dire les imitateurs, tint exclusivement la scène française. On n’avait même plus des tragédies vulgaires, mais françaises, comme celles de De Belloy, et il fallait la verve bruyante de Beaumarchais pour faire diversion aux froids dialogues de Saurin, de Lemierre et de La Harpe. En versifiant des scènes atténuées de Shakspeare, Ducis ne faisait que répondre