Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


page de la correspondance de Washington ; voilà ce que, dans le plus remarquable peut-être de ses écrits, M. Guizot vient de montrer avec toute la gravité et tout l’éclat de son talent. Il est plus utile de travailler ainsi à relever les esprits, à ranimer les justes prétentions et les nobles espérances de l’humanité, que d’aller prêcher à tous la résignation au médiocre, l’amour de l’utile, le culte du succès, sous prétexte d’assurer l’ordre et d’affermir le pouvoir. Aujourd’hui que l’empire de toutes les conventions s’est écroulé, aujourd’hui que les hommes ont entrepris de n’être gouvernés que par la raison, la vérité est le seul souverain de ce monde, et les intelligences supérieures sont les ministres de la vérité.


CHARLES DE REMUSAT