Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/305

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA


PRESSE PERIODIQUE


DANS LES TROIS ROYAUMES SCANDINAVES




Les hommes d’état du Nord sont dans ce moment très préoccupés de la situation de la presse dans leur pays, de la législation à laquelle elle est soumise, et des réformes à apporter à cette législation. En Danemark, l’avènement du prince Chrétien au trône a fait éclater parmi les libéraux des vœux long-temps contenus, et des espérances qu’on n’avouait encore que tout bas, il y a quelques semaines. Dans toutes les adresses présentées au nouveau roi, il est question de la liberté de la presse ; dans presque toutes, une idée de réforme constitutionnelle se manifeste à travers les protestations d’un dévouement sincère et les formules d’un langage très respectueux.

En Suède, l’ouverture de la diète préoccupe les esprits d’une autre façon, Là, la presse est libre, et il ne s’agit pas de lui donner plus de franchise ; il est question, au contraire, d’imposer une limite à ses privilèges.

En Norvège, le peuple, maître de sa charte démocratique, fier de son indépendance, sûr de son avenir, assiste paisiblement aux débats de ses voisins, et semble, du haut de ses montagnes, contempler cette lutte des idées progressives et des idées absolutistes, comme le voyageur qui, parvenu au port, contemple avec un sentiment de bien-être la barque chassée encore par les vents et battue par les flots.

Pour comprendre cette différence d’action dans les trois royaumes scandinaves,