Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand dont on fait des gaietés dans l’embrasure d’une croisée, ou des sacrifices d’un trait de plume autour d’un tapis vert. Le philosophe ne pratique que l’intérêt et ne prêche que l’idée pure.

Les Maximes de La Rochefoucauld ne contredisent en rien le christianisme ; bien qu’elles s’en passent. Vauvenargues, plus généreux, lui est bien plus contraire, là même où il n’en parle pas. L’homme de La Rochefoucauld est exactement l’homme déchu, sinon comme l’entendent François de Sales et Fénelon, du moins comme l’estiment Pascal, Duguet et Saint-Cyran. Otez de la morale janséniste la rédemption, et vous avez La Rochefoucauld tout pur. S’il paraît oublier dans l’homme le roi exilé que Pascal relève, et les restes brisés du diadème, qu’est-ce donc que cet insatiable orgueil qu’il dénonce, et qui, de ruse ou de force, se veut l’unique souverain ? Mais il se borne à en sourire ; et ce n’est pas tout d’être mortifiant, dit M. Vinet, il faut être utile. Le malheur de La Rochefoucauld est de croire que les hommes ne se corrigent pas : « On donne des conseils, pense-t-il, mais on n’inspire pas de conduite. » Lorsqu’il fut question d’un gouverneur pour M. le Dauphin, on songea un moment à lui : j’ai peine à croire que M. de Montausier, moins aimable et plus doctoral, ne convenait pas mieux.

Les réflexions morales de La Rochefoucauld semblent vraies, exagérées ou fausses, selon l’humeur et la situation celui qui lit. Elles ont droit de plaire à quiconque a eu sa Fronde et son coup de feu dans les yeux. Le célibataire aigri les chérira. L’honnête homme heureux, le père de famille rattaché à la vie par des liens prudens et sacrés, pour ne pas les trouver odieuses, a besoin de ne les accepter qu’en les interprétant. Qu’importe si aujourd’hui j’ai paru y croire ? Demain, ce soir, la seule vue d’une famille excellente et unie les dissipera. Une mère qui allaite, une aïeule qu’on vénère, un noble père attendri, des cœurs dévoués et droits, non alambiqués par l’analyse, les fronts hauts des jeunes hommes, les fronts candides et rougissans des jeunes filles, ces rappels directs à une nature franche, généreuse et saine, recomposent une heure vivifiante, et toute subtilité de raisonnement a disparu.

Du temps de La Rochefoucauld et autour de lui, on se faisait les mêmes objections et les mêmes réponses. Segrais, Muet, lui trouvaient plus de sagacité que d’équité, et ce dernier même remarquait très finement que l’auteur n’avait intenté de certaines accusations à l’homme que pour ne pas perdre quelque expression ingénieuse et