Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 8.djvu/695

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’Atlas, depuis le Riff jusqu’à la province de Tedla et au royaume de Tafilet. Ils se subdivisent en tribus ou familles qui tirent leur nom, ou de leur premier chef, ou de leur berceau, ou des lieux occupés par eux. La tribu des Gomères est la plus puissante et la plus célèbre.

Quant au nom de Berbères, sous lequel les historiens les désignent, il a certainement une origine étrangère, probablement arabe ; eux-mêmes ne l’entendent pas, et ils pourraient à peine le prononcer, car la lettre B manque dans leur langue. Ils ne se donnent jamais d’autre nom que celui d’Amazirgues qui veut dire noble, libre, indépendant : c’est tout-à-fait l’analogue du Frank des Germains et du Slav des Moscovites. Les Arabes assurent que ces antiques maîtres de la contrée descendent des Amalécites et des Cananéens chassés de Palestine par Josué et les autres juges d’Israël ; mais ils prétendent que déjà, avant cette époque, ils étaient en possession de l’Afrique septentrionale, et qu’ils parlaient alors la même langue qu’aujourd’hui ; or, cette langue diffère de l’hébreu, du phénicien et de l’arabe. Les orientalistes qui l’ont étudiée, ne lui ont même trouvé aucun rapport avec aucune langue sémitique ; ce qui rendrait probable l’opinion de leur historien Ibnou-Khaldoun qui les fait dériver, non de Sem, mais de Cham.

Les Amazirgues ne reconnaissent guère la loi du sultan qu’autant que cela leur est nécessaire pour se procurer les choses de première nécessité. La plupart des tribus sont indépendantes, et ne souffrent d’autre autorité que celle de leurs anciens (omzargh). Ces anciens sont des espèces de princes héréditaires dont le premier soin est de maintenir intacte leur généalogie ; on les dit plus infatués de leur dignité qu’aucun prince européen. Un de ces chefs, connu sous le nom de Amrgar Mhausce, s’est rendu fameux dans ces derniers temps par son génie militaire ; il suscita en 1819, contre toutes les forces du sultan Suleiman, une insurrection qu’il soutint avec acharnement pendant plusieurs années.

La rareté de la barbe est un des traits distinctifs des Amazirgues, et quoique leur peau soit d’un blanc un peu équivoque, ils ont souvent les cheveux blonds, ce qui les ferait prendre pour des septentrionaux plutôt que pour des Africains. Leur vêtement est une simple chemise sans manches. Ils vivent sous la tente, ou, comme les Troglodites, dans des cavernes creusées aux flancs inaccessibles