Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 8.djvu/667

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à la presque unanimité que le concours de la France était indispensable pour terminer la guerre de Navarre.

Le général Llauder, pendant le cours de son ministère, ne s’était pas dissimulé ce résultat, auquel l’apathie de l’opinion publique et l’épuisement de ses ressources ne donnaient à l’Espagne aucun moyen d’échapper. Mais comme il reste toujours quelque chose du poète, dans l’homme d’état, M. Martinez de la Rosa avait repoussé avec une vive indignation cette idée, fort douloureuse sans doute au cœur d’un patriote, mais que le premier ministre d’un grand pays n’avait pas le droit de rejeter péremptoirement, si c’était désormais son seul moyen de salut. Malheureusement la ferme volonté de l’Espagne de terminer par ses propres efforts, et sans recourir à ses alliés, une lutte engagée contre un petit nombre de factieux, avait été pour M. Martinet de la Rosa un de ces lieux communs de tribune, que tous les orateurs tiennent en réserve. Celui-ci le servait d’autant mieux qu’il réduisait au silence l’opposition, dont la tactique était de prêter au gouvernement une arrière-pensée toute différente. L’intervention, en effet, était alors présentée, par la presse périodique de Madrid et de Paris, comme le vœu secret du cabinet du 11 octobre, pour contenir le mouvement révolutionnaire dans la Péninsule ; et la plus complète impopularité s’attachait à une idée autour de laquelle on multipliait à plaisir des obstacles, qu’on n’est guère en droit de contester après avoir tant contribué à les faire naître. Le premier ministre espagnol se donnait donc beau champ, et s’assurait à bon marché les applaudissemens du journalisme, en protestant chaque jour contre la pensée d’appeler jamais les baïonnettes étrangères au secours de la plus glorieuse des régénérations.

Son opinion, passionnée sur ce point, avait été, entre lui et le ministre de la guerre Llauder, le motif d’une scission presque scandaleuse qui commença dans les journaux pour finir devant la reine. Cependant le capitaine-général de Catalogne avait à peine quitté le ministère, que M. Martinez de la Rosa, dominé par une triste évidence, en vint, dans les derniers jours de sa vie politique, à embrasser la distinction fameuse entre l’intervention et la coopération. Mais soit qu’elle répugnât à sa droiture, soit qu’il se sentit sans autorité pour solliciter de la France et faire agréer à l’Espagne une mesure qu’il avait trop légèrement condamnée, il dut céder à M. le comte de Toréno la pénible tâche de ramener la presse et l’opinion à une plus exacte appréciation des choses ; et ce dernier reçut mission de fixer avec la France et l’Angleterre le sens d’un traité qui n’avait guère été jusqu’alors qu’un instrument sans valeur [1].

  1. M. Martinez de la Rosa donna sa démission le 7 juin 1835 ; le ministère de M. de Toréno fut formé par décret royal du 13 du même mois.