Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 8.djvu/317

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


là vous distinguez un carré de choux entouré de pieux, au milieu des vignes ; c’est une enclave qui s’oppose à la réunion de plusieurs parcelles, et que le propriétaire refuse de céder. Du reste, point de sentiers de communication entre toutes ces propriétés ; ce serait un espace perdu pour la culture. Les propriétaires préfèrent supporter d’innombrables servitudes de passage, autant qu’ils ont de voisins.

La commune, non compris la ville, a 1,550 hectares de superficie. Ces 1,550 hectares sont divisés en 38,835 parcelles, ce qui donne une moyenne de 4 ares par parcelle. Mais la division va bien plus loin. Il n’y a pas dans tout le territoire communal, six pièces d’un arpent (34 ares). Les plus étendues représentent à peu près la dixième partie d’un hectare ; et quant aux moindres atomes parcellaires, voici quelques chiffres relevés sur le registre cadastral.


Numéro de la parcelle Contenance. Centiares Revenu. Centimes
492 70 62
491 40 21
1525 25 »
1526 45 9
1561 70 6
2534 62 32

Une parcelle, qui produit 5 centimes de revenu net, et qui représente un capital de 1 f. 50 centimes ou de 1 f., est imposée probablement à 1 centime. Mais les frais de l’avertissement que l’on envoie à chaque contribuable, au commencement de l’année financière, s’élèvent à 5 centimes ; ainsi l’impôt absorbe plus que le revenu d’une pareille propriété.

Quand la propriété est arrivée à cet état de morcellement, elle se trouve frappée d’immobilité ; elle ne peut plus rentrer dans la circulation ni par les ventes ni par les successions, tous ces changemens entraînant des frais qui en absorberaient la valeur. Cependant comme les mutations de la propriété sont des nécessités sociales, qui ne sauraient demeurer interrompues sans interruption de la société elle-même, les contrats se font encore ; mais ils se font en dehors de la loi, c’est-à-dire sans aucun de ces moyens de certitude et d’authenticité qui en sont la garantie. La propriété