Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 6.djvu/675

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ordinairement escorté de quelques jeunes confrères assidus à sa clinique, avec lesquels il continuait, tout en marchant, le développement de sa leçon. Les habitans du quai des Orfèvres se rappelleront sans doute long-temps l’avoir vu passer ainsi tous les jours, vêtu de son éternel habit vert, en cravate noire et en gilet blanc, son chapeau enfoncé sur les yeux, et souvent en hiver une grosse paire de sabots aux pieds.

Cet homme infatigable ne se croyait pas encore quitté de ses devoirs envers les pauvres malades de l’hôpital, après cette longue et laborieuse visite du matin. Pendant dix ans il n’a jamais manqué à faire lui-même la visite du soir ; les internes y assistaient régulièrement et lui donnaient les renseignemens qu’ils avaient recueillis sur les nouveaux malades arrivés pendant la journée. S’il y avait une opération d’urgence à faire, il la pratiquait immédiatement, sinon il indiquait les dispositions à prendre pour le lendemain.

C’est dans ces visites du soir que ses élèves particuliers ont eu plus d’une fois l’occasion d’admirer la pénétration de son coup d’œil et la profonde sagacité avec laquelle il jugeait une maladie que des mains exercées n’avaient pu découvrir.

C’est ainsi qu’un jour on avait conduit à l’Hôtel-Dieu une femme qui, refusant de répondre aux questions qu’on lui adressait, n’avait fourni aucun éclaircissement sur sa maladie. Elle était dans un état d’agitation extrême qui ne permettait pas de l’examiner avec soin. Plusieurs internes, les uns après les autres, cherchèrent inutilement la cause des douleurs aiguës dont se plaignait cette femme, sans vouloir en indiquer le siége. M. Dupuytren arrive ; les élèves étaient rangés autour du lit de la malade, et leur empressement indiquait au maître un cas nouveau et grave. Il s’approche ; il la découvre, l’examine sans la toucher, fait soulever une jambe, puis l’autre : donnez, dit-il. A ce mat sacramentel et convenu, l’interne étonné lui remet un bistouri qu’il plonge à l’instant même et sans hésiter dans le mollet de cette femme ; il y avait là un abcès profond et considérable.

Je pourrais citer plusieurs faits de ce genre, mais il suffira du suivant pour montrer l’étonnante pénétration de son diagnostic ; celui-là tient presque du merveilleux : aussi est-il connu de tous les médecins. Un homme vint à la consultation, se plaignant de douleurs dans la tête. Il avait reçu depuis long-temps un coup sur cette