Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 6.djvu/439

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ÉCRIVAINS CRITIQUES


ET MORALISTES


DE LA FRANCE




III.

MADAME GUIZOT

(née Pauline de Meulan)




Certains esprits, en arrivant dans ce monde, et presque dès la première jeunesse, y apportent une faculté d’observation sagace, pénétrante, en garde contre l’enthousiasme, tournée directement au vrai, et sensible avant tout au ridicule, au travers, à la sottise. Quand la plupart des esprits élevés débutent par la passion, tantôt par une sorte d’illusion confiante, gracieuse et pastorale, tantôt par une misanthropie plus superbe et plus rebelle ; quand aux uns le monde s’ouvre riant et enchanté comme à Paul et à Virginie, aux autres plus altier, plus sévère et imposant, comme à Emile et à Werther ; pour les natures tout aussitôt mûres et prudentes dont nous voulons parler, l’apprentissage est plus de plain-pied, moins hasardeux ; le monde, dès l’abord, ne se découvre ni si riant, ni si solennel, ni si contraire ; il vaut à la fois moins et mieux que cela, La plupart des hommes, après la jeunesse passée, reviennent à un