Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 6.djvu/197

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Prix à Londres du sucre brut Jamaïque, qualité moyenne à fine :


En janvier des années suivantes. Le quintal anglais, droit payé. Rapport du prix, aux conditions de l’entrepôt du Havre et droit déduit, par son kilogrammes.
1839 64 à 68sh 96 fr. 97 c à 107 fr. 45 c
1831 56,61 83,85 à 96,97
1832 56,58 83,85 à 89,08
1833 59,60 91,70 à 94,32
1834 58,63 89,08 à 102,18
1835 59 65 91,70 à 107,45
1836 63,68 102,18 à 11.5,28

Dans la première semaine d’avril de cette année, la mercuriale de la Gazette de Londres a donné pour prix moyen du sucre (ce qui n’exclut aucune des nuances) : 38 shil. 0 3/4, équivalant à 99 fr. 62 cent. les 100 kil.

Dans le même moment, le sucre colonial valait au Havre, pour la qualité appelée bonne ordinaire quatrième, 61 fr. 50 cent. le quintal, ce qui ne fait que 73 fr. 50 cent. les 100 kilog. en entrepôt, et montre que le colon français a un désavantage de 26 pour 100 dans la réalisation de ses produits.

Une proportion inverse, à l’avantage des colons anglais, existe cependant dans le prix des choses dont ils doivent s’approvisionner. Si, comme ils s’en sont plaints quelquefois, il y a un certain nombre d’objets de nécessité première qu’ils auraient plus d’avantage à tirer des États-Unis ou du nord de l’Europe, il n’en est pas moins évident que, pour tout ce qui est des manufactures de laine et de coton, pour les machines, les instrumens aratoires, la quincaillerie et les métaux, la Grande-Bretagne est le pays qui produit au meilleur marché. Il n’existe, par conséquent, aucune surcharge pour cette partie considérable de leurs consommations. Si, cependant, les colons anglais ont pu démontrer que le monopole forcé de la métropole impose à leur production de sucre un surenchérissement de 5 shill. 6 d. par cwt, ou 14 fr. 40 cent. par 100 kil., quelle ne doit pas être la position du colon français !

L’arrêt du 30 août 1784, remis en vigueur après les évènemens de 1815, règle encore à cette heure la législation du commerce des Antilles françaises. Les modifications que l’ordonnance du 5 février 1826 et quelques réglemens locaux lui ont fait subir, les exceptions en faveur de la Guiane, n’altèrent pas la substance de ce code particulier.