Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/747

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous ne m’avez pas jugé ; vous faites comme les sauvages, qui égorgent les prisonniers de guerre. -

Cependant le cortége avait dépassé la douane, dont les fenêtres étaient garnies de femmes. Arrivé devant le mur du jardin, il s’arrêta ; on fit agenouiller les sept condamnés, le visage tourné vers la muraille, et une compagnie d’artilleurs de la ligne ; commandée pour l’exécution, se rangea en bataille à quelques pas. Portambou se retourna pour voir les préparatifs, et les suivit de l’œil avec sang-froid. Quand il vit les fusils couchés en joue, l’énergique enfant de Sagonte posa une main sur son cœur, éleva l’autre vers le ciel, et cria d’une voix forte :

— Vive la Vierge ! vive Charles V !

— Vive Charles V ! répéta le père Lopez.

— Vive Charles V ! répétèrent les autres condamnés.

Une détonation terrible couvrit toutes les voix, et le cri de : Vive la liberté ! répondit au cri de : Vive Charles V ! Il est à regretter que ce Portambou, homme de caractère, eût forfait à l’idée de son temps, et qu’une si belle mort ne scellât qu’une erreur fanatique.

Le sang appelle le sang ; loin d’être satisfaite pas cette terrible expiation, une partie des urbains murmuraient et demandaient la mort des autres prisonniers. — Tous ! tous ! — craient les insatiables ; mais la nasse ne répondit pas, et l’implacable cri mourut sans écho. Ils avaient pour se distraire le spectacle des cadavres qui gisaient là au pied de la muraille dans des flots de sang. Un des suppliciés remuait encore ; un urbain s’approcha tranquillement et lui plongea, pour l’achever, sa baïonnette dans la poitrine.

Je fais grace au lecteur des autres quolibets provoqués par la vue de ces tristes dépouilles. Il y a d’étranges instincts dans l’ame humaine. Je me rappelle une femme qui riait aux éclats en foulant du pied la robe du père Lopez. Une autre, et celle-ci était belle et m’avait pas dix-huit ans, s’acharnait de l’œil sur cette proie sanglante. Ses yeux étincelaient d’une rage muette ; un sourire féroce contractait ses lèvres ; son sein battait convulsivement sous son corset de soie ; on eût dit une des bacchantes de Thrace acharnées sur le corps d’Orphée ; et si un reste de pudeur ne l’avait retenue, nul doute qu’elle n’eût avec joie trépigné sur ces cadavres. J’aime à croire, pour l’honneur de cette pauvre insensée, qu’elle avait perdu