Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/746

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais sur la place de Saint-Dominique. Les évènemens de la journée n’avaient pas empêché la population de faire la sieste à l’heure accoutumée. Les urbains, chose qu’on aura peine à croire, mais que j’ai vue, les urbains eux-mêmes avaient quitté leurs places d’armes, pour aller dormir. Une faible garde était restée au Principal, et la ville était demeurée déserte pendant plusieurs heures. Telle est la force des habitudes sur cette terre opiniâtre, qu’il faut des miracles pour empêcher l’Espagnol de faire aujourd’hui ce qu’il a fait hier. L’ennemi serait à la porte d’une ville pendant la sieste, que la ville, je crois, se laisserait prendre plutôt que de combattre à l’heure où elle reposait la veille. De là vient que le temps le plus sûr pour voyager dans ce pays est le milieu du jour, car alors les voleurs dorment comme tout le monde. Mais la sieste était finie, la milice avait repris possession de sa facile conquête ; la place de Saint-Dominique étincelait de baïonnettes ; le flot populaire s’y précipitait de toutes les rues ; il allait s’y passer quelque chose d’extraordinaire.

— Les voici !! les voici !

Ce cri, parti de la foule, apaisa le mugissement de cette mer humaine, et l’on vit arriver, du côté de la Glorieta ; un groupe d’hommes enchaînés. Ils étaient sept, et marchaient d’un pas lent, mais assez ferme, au milieu d’un fort détachement d’urbains.

— Voilà le père Lopez, dit une voix ; il était bien temps que son tour vint. Mais il n’a pas l’air d’avoir trop peur ; il marche droit, ma foi !

— La mortalité pleut sur la tonsure, dit une autre voix ; voici à côté de Lopez le curé d’Alcuas et Ostolaza, ce mauvais chanoine de Murcie qui faillit déjà être fusillé du temps de Ferdinand. Quel est ce bel homme qui vient après ?

— Tu ne reconnais donc pas l’ancien carabinier Palmarola ?

— Et ces deux paysans à côté de lui ?

— Ce sont les assassins de l’officier payeur Peniagua

— Chut ! chut ! Voilà Portambou qui parle. Ecoutez, écoutez ! -

Il se fit alors un profond silence, car Portambou parlait en effet ; la foule se dressa sur la pointe des pieds pour mieux entendre.

— Voilà donc votre peuple Souverain ! disait-il en ricanant aux urbains qui l’entouraient, et il jetait sur la multitude un regard de mépris. Vous avez beau dire, ajouta-t-il après une pause, vous m’assassinez ;