Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/670

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne comprenait pas dans les autres une vertu pour laquelle il devait lui-même rendre témoignage par sa mort.

Le plus grand nombre des accusations pour crime d’hérésie était porté par les évêques, lesquels rendaient le jugement que la justice civile exécutait. A la première faute, le coupable comparaissait devant l’évêque, qui lui imposait une certaine punition. S’il se rétractait, il était reçu de nouveau dans la faveur et les suffrages de l’église chrétienne. Mais si, après sa rétractation, il retombait dans le même crime, un jugement solennel de l’évêque le rejetait hors de la chrétienté par l’excommunication ; et, parce qu’étant excommunié, son commerce pouvait être dangereux dans une société de chrétiens, l’évêque en donnait connaissance au pouvoir temporel, mais sans exhorter le prince ni aucun autre homme à le frapper de mort. L’officier de la justice temporelle venait demander le coupable au pouvoir spirituel, qui ne le livrait pas, mais le laissait prendre par le bras séculier. » toutefois, au moment de la mort, s’il demandait à rentrer dans le sein du troupeau, et qu’il donnât des gages certains de repentir, il était absous et réintégré parmi ses frères [1]. Malgré l’hypocrisie honnête de ces formules de la justice ecclésiastique, et quoique le bras qui laissait prendre essayât de se cacher du bras qui prenait, ou voit que ces deux bras appartiennent réellement à la même personne, c’est-à-dire à l’église, et qu’il ne mourait que ceux que l’église avait condamnés.

C’est par cette juridiction particulière des évêques que furent livrés au bras séculier quelques malheureux réformés, environ vers le temps où Thomas Morus fut nommé chancelier d’Angleterre. Cette sévérité était-elle soufflée aux évêques par Henry VIII, lequel avait alors besoin du pape, et cherchait à gagner le Saint-Siège à son divorce par des cadeaux d’argent et par des cadeaux de sang ? ou bien n’était-elle que le résultat d’une réaction d’ardeur catholique, causée par les progrès de la réforme en Allemage et les livres brûlans des réfugiés anglais de la Belgique ? Quoi qu’il en soit, il est très vrai que quelques victimes furent immolées à l’idole de Rome, dans le même pays où plus tard, au nom du même roi, on devait voir tomber des têtes pour crime de fidélité à Rome ; et il n’est pas moins vrai que ces exécutions eurent lieu partie avant,

  1. A Dialogue concernynge heresyes, 276 GH 277 A.