Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/650

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


position que ce silence même, loin de diminuer la responsabilité morale de Henry, comme c’était le charitable désir de Morus, bon chrétien et sujet fidèle, fut plus nuisible au roi qu’une opposition déclarée, par toutes les interprétations sévères qu’en donnait le public. La faute de la position devint le crime de l’homme.

Le soin presque exclusif que Morus donna aux affaires purement judiciaires de la chancellerie rendit à la justice publique l’activité qu’elle avait perdue sous Wolsey, lequel n’était ni un juriste, ni un homme de détail. Les procédures qui s’éternisaient sous son administration, plus brillante que solide, furent reprises et menées avec vigueur par Morus. Le nouveau chancelier mit à flot toutes les affaires laissées en suspens, et donna une impulsion forte et utile à tous les corps de la judicature, lesquels s’étaient relâchés, faute d’un contrôle supérieur. Comme magistrat, nul ne porta plus loin que lui les vertus de sa profession, probité, intégrité, vigilance. Dans des temps réguliers, où la promptitude et la sûreté des jugemens auraient été comptées comme l’un des plus grands biens dans un vaste état, l’administration de Morus eût été assez utile et assez glorieuse pour qu’on lui reconnût le droit d’être neutre sur toute autre chose. Mais, dans l’état des esprits et de la civilisation d’alors, son application aux affaires spéciales de sa place ne fut pas appréciée, et nul ne lui en tint compte, si ce n’est peut-être quelques cliens qui languissaient après une décision, et qu’il retira des mains de la justice subalterne. La nation, qui l’attendait ailleurs, ne le crut pas dispensé du plus parce qu’il faisait le moins, et, comme il arrive, on ne lui sut pas gré d’avoir rendu des services qu’on ne lui demandait pas.

Dans les cas où la loi et le bon sens étaient d’accord, Morus montrait la seule qualité qu’on exige du magistrat : à savoir la promptitude. Dans ceux où le bon sens était blessé par la loi, il tempérait l’une par l’autre. Dans les cas imprévus, il avait une sorte d’équité ingénieuse, à la manière de Salomon, plus piquante qu’élevée, et marquée, si cela peut se dire, d’un peu de sauvagerie. On en citait des traits qui reportent l’esprit aux temps antiques. Un joli chien, volé à une pauvre femme, avait été vendu à lady Morus. La véritable maîtresse de l’animal, ayant su où il était, se présenta devant le chancelier, alors en pleine audience, et se plaignit de ce que lady Morus retenait son chien. Le chancelier fit aussitôt appeler sa