Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/607

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




JOCELYN,


PAR M. DE LAMARTINE [1]




Bien des talens poétiques, des demi-talens, après les premiers succès et un éclat passager d’espérances, ne survivent pas à la jeunesse ; ou même une première et seule production heureuse les épuise, comme ces beautés fragiles qu’un premier enfant détruit. Les vraies beautés ne sont pas ainsi, les vrais talens encore moins : ils se renouvellent, s’augmentent long-temps, se soutiennent et varient avec les âges. Pour ne prendre que les génies lyriques, c’est-à-dire ceux qui excellent à revêtir toutes les émotions de leur ame par l’image et par le nombre, leur faculté n’est jamais plus grande, plus au complet qu’après la jeunesse et durant le milieu de la vie. D’ordinaire ils ont débuté par chanter l’amour ; tout autre intérêt, tout autre charme se perdait dans celui-là : mais à mesure que ce ravissement intérieur a cessé, leur ame s’est élargie vers plus d’objets. L’œuvre ne s’est plus reproduite peut-être aussi saillante

  1. Librairie de Gosselin et Furne, 2 vol. in-8°.