Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1836 - tome 5.djvu/536

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Lassé de la vie qu’il menait chez Can della Scala, où l’amitié du maître ne le protégeait pas toujours contre l’insolence de ses courtisans et les facéties de son bouffon, le poète reprit sa vie errante. Il avait achevé son poème de l’Enfer à Vérone ; il écrivit le Purgatoire à Gargagnano, et termina son œuvre au château de Tolmino en Frioul par le Paradis. De là il vint à Padoue, où il passa quelque temps chez Giotto, son ami, à qui par reconnaissance il donna la couronne de Cimabuë. Enfin il alla à Ravenne ; c’est dans cette ville qu’il publia son poème tout entier. Deux mille copies en furent faites à la plume et envoyées par toute l’Italie ; chacun leva ses yeux étonnés vers ce nouvel astre qui venait de s’allumer au ciel. On douta qu’un homme vivant encore eût pu écrire de telles choses, et plus d’une fois il arriva, lorsque Dante se promenait lent et sévère dans les rues de Vérone avec sa longue robe rouge et sa couronne de laurier sur sa tête, que la mère saintement effrayée le montra du doigt à son enfant, en lui disant : « Vois-tu cet homme ? il est descendu dans l’enfer. »

Dante mourut à Ravenne le 14 septembre 1321, à l’âge de 56 ans. Guido de Poleta, qui lui avait offert un asile, le fit ensevelir dans l’église des frères mineurs en grande pompe et en habit de poète. Ses ossemens y restèrent jusqu’en 1481, époque à laquelle Bernard Bembo, podestat de Ravenne pour la république de Venise, lui fit élever un mausolée d’après les dessins de Pierre Lombardo. À la voûte de la coupole sont quatre médaillons, représentant Virgile, son guide, Brunetto Latini, son maître, Can Grande, son protecteur, et Guido Cavalcante, son ami.

Florence, injuste pour le vivant, fut pieuse envers le mort, et tenta de ravoir les restes de celui qu’elle avait proscrit. Dès 1396, elle lui décrète un monument public ; en 1429, elle renouvelle ses instances près des magistrats de Ravenne ; enfin, en 1519, elle adresse une demande à Léon X, et parmi les signatures on lit cette apostille : Moi, Michel-Ange, sculpteur, je supplie Votre Sainteté, pour la

    moment où il marchait contre les Suisses. Boniface VIII, furieux d’avoir été souffleté par Colonna, fut saisi d’une fièvre frénétique, et se brisa la tête contre les murs de sa chambre, après s’être dévoré une main. Le peuple lui fit cette épitaphe : Ci gît qui entra au pontificat comme un renard, y régna comme un lion, et y mourut comme un chien.