Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/676

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES


HOMMES POLITIQUES



DE LA BELGIQUE




Je ne m’occuperai pas ici de rechercher les causes qui ont amené le divorce de la Belgique et de la Hollande, ces deux infortunés conjoints auxquels la Sainte-Alliance donna pour cadeau de noces le monument de Waterloo. Toujours était-il aisé de prévoir que cette union d’un peuple protestant et d’une nation catholique, que cette agglomération de 2,000,000 de Hollandais et de 4,000,000 de Belges devait enfanter quelque monstre. Après quinze ans de gestation laborieuse, les fiancés de la Sainte-Alliance ont mis au monde une révolution.

Maintenant, que cette révolution ne présente qu’une contrefaçon de Paris, événement de hasard que le hasard eût pu faire avorter, ou bien qu’elle ait été préconçue dans les traités de 1814 et de 1815, elle n’en demeure pas moins un grand fait qui touche par tous les points à l’histoire générale de l’avenir.

Une nouvelle planète s’est formée dans le ciel orageux de la diplomatie par suite de cette commotion de la comète révolutionnaire. Un royaume de Belgique a été constitué.