Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/527

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ANCIENS


POÈTES FRANÇAIS






II.
RACAN.





Il semble que, pour produire certains génies, la nature s’y prenne à deux fois. C’est comme un essai qu’elle fait de ses forces, et une esquisse de son œuvre qu’elle jette avec une grâce négligente, avant de la réaliser avec toute sa puissance. Il est rare qu’un grand homme n’ait point de précurseur, et que Rotrou ne précède point Corneille. Il ne faut, pour s’en convaincre, que parcourir cette époque de transition intellectuelle qui commence à la mort de Henri IV et s’arrête à l’avènement de Louis XIV. Il y a dans cette époque, tour à tour livrée à l’influence italienne ou espagnole, bien des physionomies indécises qui, dans l’âge suivant, nous apparaissent de nouveau, mais plus fièrement dessinées. Racan, dont je vais raconter la vie, est une première ébauche de La Fontaine.