Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Enjoué !...

— Carajo ! seigneur officier, n’allons pas si vite en besogne….. N’est-ce pas son excellence le seigneur Geronimo que j’ai l’honneur de voir au milieu de vos rangs, dans son grand costume ? Excellence, je vous attendais ; votre successeur n’était qu’un imbécille, et si vous n’aviez pas disparu hors de propos pour aller chercher ces vingt-cinq écrevisses, demain je faisais une révolution en votre faveur. Du reste, vous trouverez la province dans le même état que vous l’avez laissée, si ce n’est qu’il manque dans le trésor public une faible somme dépensée dans un but patriotique, et pour laquelle le ministre des relations extérieures vous donnera toutes les garanties désirables. En ce moment, il me serait difficile...

— Picaro ! répondit don Geronimo, un autre que moi te met- trait en capilla et te ferait fusiller dans les trois jours ; mais je te fais grâce de la vie. Demain, tu partiras pour Buenos-Ayres sous bonne escorte.

— Excellence, à Buenos-Ayres ! y songez-vous ? Mais ils sont capables de prendre mal la chose D’ailleurs je me plais singulièrement sous vos ordres

L’officier Santafesino regarda Aguirre de travers et d’un air formidable :

— Chien de porteno [1] ! aimes-tu mieux venir trouver le gouverneur Lopez à Santafé ? Tu ne serais pas le premier qui y serait entré pour n’en jamais sortir.

— Eh bien ! reprit Aguirre, soit. N’en parlons plus ; j’irai où vous voudrez. Seulement, comme il me faut un compagnon pendant la traversée, je crois, seigneur don Geronimo, que, si vous faisiez fouiller les broussailles qui sont derrière le cabildo, vous y trouveriez votre successeur ; et, si vous ne le trouvez pas dans les broussailles, n’oubliez pas de faire chercher dans les trous de biscacha [2] ; le père Las Piedras est de taille à entrer partout. On ne sera pas fâché de voir sa figure à Buenos-Ayres.

Six soldats se détachèrent et revinrent, une demi-heure après,

  1. Porteno de puerto, port ; nom des habitans de la ville de Buenos-Ayres.
  2. Animal ressemblant un peu à un lapin, mais trois fois plus gros, et creusant de profonds terriers.