Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/29

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chiens que j’avais mis de mauvaise humeur en les troublant dans leur sommeil, et qui, la queue entre les jambes, tâchaient de me surprendre en défaut pour me mordre les talons. Là, je cherchai à m’orienter : sur un des côtés de la place, je reconnus le cabildo, au luxe inaccoutumé d’un étage ajouté après coup au rez-de-chaussée, et à son balcon, théâtre des harangues et des autres exhibitions gouvernementales les jours de fêtes patriotiques ; vis-à-vis était une petite église d’une architecture si insolite, qu’il me serait impossible d’en donner une idée tant soit peu fidèle ; sur les deux autres côtés, des maisons et des jardins ombragés d’orangers, d’oliviers et de nopals. Un gaucho vint à passer : je le priai de m’indiquer où je trouverais le gouverneur. Sans jeter les yeux sur moi, il fit un geste du menton du côté du cabildo, et continua son chemin. Je me dirigeai vers le cabildo.

J’entrai, sans rencontrer personne, au rez-de-chaussée, dans une chambre obscure où le jour ne pénétrait que par la porte ; en face de celle-ci était une longue table adossée au mur, et autour des trois côtés de cette table trois personnages silencieux occupés à rouler dans du papier du tabac haché qu’ils prenaient en commun dans une boîte de fer-blanc moiré. Pêle-mêle, sur la table, gisaient quelques feuilles de papier blanc, une écritoire sans plumes, un maté, des débris de cigares à demi-consumés, et une lettre sale qui probablement était l’objet de la réunion ; une chaise délabrée composait le reste de l’ameublement. Dans l’un des trois personnages, grand homme sec à figure osseuse et imperturbable, velu d’une veste à liseré rouge, brodée en soie sur toutes les coutures, et séparée du pantalon par une intervalle notable, je reconnus, au portrait qu’on m’en avait fait, son excellence don Geronimo B..., gouverneur de la province ; le second, à cheveux plats, couvert d’une redingote à collet gras, de forme et de couleur sans nom, était son excellence le ministre des relations extérieures ; et le dernier, petit avorton sournois, en costume ecclésiastique, avec un léger poncho jeté sur les épaules, le père Las Piedras, ex-franciscain de Buenos-Ayres, ex-rédacteur ou directeur de sept journaux, réfugié à la Bajada à la suite de je ne sais quelle révolution à laquelle il avait pris part. J’étais en présence de toutes les autorités de la province.