Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/546

Cette page n’a pas encore été corrigée


o40 REVUE DES DEUX MOxDES.

DON JUAN.

Ainsi donc, à nous deux, nous lirions un ange. ANNA.

Oui, si lu le voulais !

DON JUAN.

Un ange !

ANNA.

don Juan ! je suis un pauvre oiseau chétif, et n ai d’essor que jusqu’au purgatoire ; tends avec moi ton aile, et nous irons nous réfugier aux pieds de Dieu. Don Juan, le vois-tu transfiguré, te vois-tu séraphin ? vois-tu ton ame échanger et confondre avec la mienne son parfum et sa musique ? vois-tu les anges composer avec nos deux noms un verbe pour nous appeler dans le ciel ? sens-tu battre tes ailes et couler sur nos cheveux le baptême de lumière ? Joie ineffab(e ! un ange ! Mais pour que le mystère s’accomplisse, il faut des pleurs, des pleurs ! La mine est au fond de ton ame, creusc-la, don Juan, et bientôt ruisselleront autour de loi des larmes et des diamans célestes, et je viendrai les ramasser. Oh ! comme je serai belle quand je retournerai vers Dieu parée avec toutes tes larmes, et que les anges et les saintes réfléchiront leur gloire dans les joyaux de ma couronne ! DON JUAN.

Anna ! que, ta voix est harmonieuse ! Anna ! ma belle ! emmène-moi dans ton jardin, ciel ou purgatoire, n’importe, emmène-moi dans la sphère où tu remontes, si la rosée y tombe aussi douce que tes paroles, si le vent y respire aussi pur que ton haleine !.

ANNA.

Notre pacte est conclu, don Juan, lu vas prier pour moi. DON JUAN.

Je n’ai rien promis ; mon front ruisselle, ma main tremble, j’ai la fièvre, je suis en démence ; nous nous reverrons, Anna ! ANNA.

Ne l’espère pas, don Juan, car si tu sors de cette tombe sans être converti, tu vas de nouveau l’enfermer dans un de ces palais d’orgie et d’impiété dont les amcs ne peuvent traverser les mu-