Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/493

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en remontant le Niger, un de ses compatriotes, M. Henry Wilfbrd, essaie de se rendre, par la voie du Kordoufan, dans l’Afrique centrale, tentative qui se rattache d’une manière intime avec celle de M. Linant. Rüppel explore l’Abyssinie.

L’Océanie n’a donné lieu dans ces derniers temps, en fait de travaux privés, qu’à quelques caries peu remarquables. Nous ne pouvons guère signaler que celle que Hamberger a fait paraître en 1829 à Nuremberg, sous le titre d’Australie, et celle de Wieland publiée sous le même titre à Weimar en 1830.

Ici se termine notre esquisse ; nous sentons nous-même tout ce qu’elle a d’incomplet et de superficiel. Ayant à donner une idée générale de tant de faits épars, leur multitude même s’opposait à ce que nous nous livrassions à un examen critique de chacun d’eux. Signaler leur existence à ceux qui ne sont pas à portée des sources est tout ce que nous avons prétendu faire. Nous avons souvent entendu des hommes spéciaux regretter l’absence d’un semblable résumé, travail aride auquel bien peu de personnes ont le temps et la volonté de se livrer. En nous résignant, non sans quelque courage, à cette tâche, nous avons compté qu’on nous saurait gré de l’avoir accomplie.


D’AVEZAC.