Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/476

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


En douze années, cinq publications différentes d’une grande importance ont été entreprises et suivies au Dépôt de la marine, et la plupart sont terminées ou fort avancées en ce qui concerne la partie géographique et nautique. La partie historique, confiée aux sous des divers chefs d’expéditions, est beaucoup moins avancée ; et, à cet égard, il faut avouer que les derniers venus se sont montrés les plus diligens, puisque M. d’Urville est sur le point d’achever, et que M. Laplace a déjà fort avancé sa publication.

C’est dans les relations mêmes de ces grandes entreprises qu’il faut chercher les résultats qu’elles ont eus pour la connaissance du globe, et surtout du grand Océan, que toutes avaient pour but principal d’explorer. Qui ne connaît les noms des bâtimens qui les ont exécutées, et des chefs intrépides qui les commandaient : l’Uranie (M. Louis de Freycinet, 1847-1820) ; la Coquille (M. Duperrey, 1822-1825) ; la Thétis (M. de Bougainville 1824-1826) ; l’Astrolabe (M. Dumont d’Urville, 1826-1829), et la Favorite (M. Laplace, 1830-1831) ? Tous ont noblement accompli leur tâche.

D’autres expéditions moins importantes ont également enrichi notre hydrographie de notions plus ou moins étendues, recueillies dans les Annales maritimes ; telles sont celles de la Cléopâtre (M. de la Ville-Hélio, 1821-1823), de la Bayonnaise (M. Legoarantde Tromelin, 1826-1829), de la Chevrette (M. Fabre, 1827-1828), auxquelles il faut joindre des explorations plus restreintes, telles, entre autres, que les observations topographiques et nautiques faites à bord du Dragon par M. le capitaine de frégate Lachelier, sur la côte de Malaguette en 1824 et 1823, entre l’île Scherbro et le cap des Palmes.

Le Bureau des longitudes est un autre établissement tout géographique aussi dans son but, bien que ses travaux n’en aient pas toujours le caractère immédiat. Son attribution spéciale est la rédaction des éphémérides astronomiques si connues du monde entier sous le nom de Connaissance des temps, à la suite desquelles se trouvent chaque année, sous le titre d’Additions, des mémoires d’un haut intérêt pour les sciences géographiques. La première partie de cet ouvrage reproduit annuellement une table des principales positions géonomiques du globe, où la nécessité de nombreuses corrections se faisait depuis long-temps sentir, et dont la refonte complète était vivement désirée : cette révision tant attendue a été courageusement entreprise par M. Daussy dans le volume nouveau.

Quant aux établissemens étrangers du genre de ceux qui précèdent, nous n’avons pas la prétention d’énumérer tous ceux que possèdent la plupart des états de l’Europe, et qui sont en général dirigés les uns par des