Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/352

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PAROLES


D’UN


CROYANT,


PAR L’ABBE DE LAMENNAIS [1]






Un jour Nicole, fatigué des tracasseries et des luttes, invitait avec sa douceur ordinaire le grand Arnauld à déposer la plume ; et celui-ci lui répondait vivement : « N’avons-nous pas l’éternité pour nous reposer ? » C’est ce que répondrait aussi à un semblable conseil l’ardent et vertueux prêtre qui lance en ce moment un nouveau manifeste de ralliement et de foi, qui pousse, après un silence pénible, un nouveau cri de guerre et d’espérance. Il y a un an environ, abreuvé de tous les dégoûts, renonçant par convenance et soumission au journal dont il avait cru l’action salutaire, voyant se disperser et se détacher même entièrement de lui des disciples si

  1. Librairie d’Eugène Renduel, rue des Grands-Augustins, 22.