Page:Revue des Deux Mondes - 1833 - tome 4.djvu/537

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



AHASVERUS


MYSTERE [1]


ET DE LA NATURE DU GENIE POETIQUE




Ahasvérus est l’homme éternel : tous lui ressemblent. Ton jugement sur lui nous servira pour eux tous. (QUATRIEME JOURNÉE.)

Toutes les fois que le génie vient à réaliser dans l’art une conception long-temps rêvée, toutes les fois qu’il revêt d’une forme sensible et saisissable une fantaisie jusque-là invisible et flottante dans la pensée humaine ; (que cette forme soit pittoresque, poétique ou musicale ; que l’œuvre soit une partition de Mozart, un poème de Dante Alighieri, ou une figure sculptée par Michel-Ange ;) dès que cette idée est passée du monde de l’esprit dans celui de l’art et des formes, on peut dire d’elle et de l’ouvrier ce que l’Ecriture a dit de l’artiste par excellence, du poète éternel, après qu’il eut lancé dans l’espace son sublime et incompréhensible ouvrage : tradidit

  1. Un volume in-8° ; au bureau de la Revue.