Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1833 - tome 4.djvu/506

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


autre manière. Il essaya d’effrayer les dures et terribles Têtes Rondes de Cromwell [1] au moyen de quelques poulies et de quelques fusées ; il ne réussit pas. Mistriss Radcliffe exécutait beaucoup mieux que lui ces tours de magie blanche. Il s’en aperçut, renonça désormais au royaume des esprits, soit aériens, soit mécaniques, et confessa que sa Dame Blanche était une conception manquée.

Que ne s’en tenait-il à l’humanité ? Tant qu’il avait affaire à l’homme réel, à l’homme de chair et de sang, il faisait des prodiges. Nul écrivain, depuis Shakspeare, n’a créé autant de personnages originaux, vivans, respirans, pleins de santé. D’autres romanciers vous en donneront deux, trois, une demi-douzaine peut-être : chaque ouvrage de Scott en compte huit ou dix. Dans les Aventures de Nigel vous en trouvez douze, tous appartenant à des familles diverses, ne se ressemblant en rien, n’ayant de commun rien, si ce n’est l’air qu’ils respirent. Les héros et les héroïnes n’étaient pas son fort. Il s’occupait assez peu de ces messieurs et de ces dames, et les négligeait singulièrement, Diana Vernon exceptée. Cependant, après une lecture plus attentive, on est étonné de trouver mille détails délicats et gracieux, mille traits de passion et de tendresse que l’on n’avait pas remarqués d’abord. Voyez, par exemple, comment se trahit par des actes, non par des mots, la passion profonde que Julia Mannering a nourrie dans son cœur ! Et que l’amour de son Édith Plantagenet est noble et charmant !

Toutefois c’est la foule roturière qui donne un si vif intérêt à ses romans ; elle marche par bataillons, par régimens innombrables, mais différente, et toujours copiée sur la nature. Dougal n’est pas beau parleur et phrasier embarrassé comme notre ami Fairservice. Ce dernier ne braverait pas les terreurs de la forêt hantée, de la grotte aux sorciers et des brigands nocturnes, comme Dandy Dinmont. Charlieshope et Cuddie Heddrigg sont deux rustiques de trempe différente ; et Caddie n’est rien auprès d’Edie Ochiltrie, qui a de la poésie et de la malice au fond de l’ame ; tous ces caractères subalternes diffèrent de Richie Moniplies, qui, dans son honnêteté et son opulence, ne ressemble pas à ce forgeron Harry Wind le pacifique, qui ne se bat contre les gens des montagnes que lorsqu’il les rencontre au-delà du- pont de Stirling. Même variété dans les caractères jetés sur les premiers plans. Qui confondrait le savant Monkbarns, dans les veines duquel il y a de l’encre et non du sang, avec Cosmo Bradwardine, l’antiquaire officier, ou avec Guy Mannering, entouré de ses bassets, brave et vain de ses aïeux ? N’avons-nous pas aussi l’étrange

  1. Dans Woodstock.