Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/677

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le duc était chaque jour moins éloigné de venir traiter avec le Dauphin ; cette lettre étonna tout le monde, excepté Tanneguy, qui paraissait s’y attendre.

En conséquence, Duchâtel retourna à Troyes au nom du Dauphin ; il proposa au duc le pont de Montereau, comme le lieu le plus favorable à l’entrevue. Il était autorisé à s’engager, au nom du Dauphin, à livrer au duc le château et la rive droite de la Seine, avec liberté pour celui-ci de loger, dans cette forteresse et dans les maisons bâties sur cette rive, tout autant de gens d’armes qu’il le croirait nécessaire. Le Dauphin se réservait la ville et la rive gauche : quant à la langue de terre qui se trouve entre l’Yonne et la Seine, c’était un terrain neutre qui ne devait appartenir à personne ; et comme à cette époque, à l’exception d’un moulin isolé qui s’élevait aux bords de l’Yonne, elle était complètement inhabitée, il était facile de s’assurer qu’aucune surprise n’y serait préparée.

Le duc accepta ces conditions ; il promit de partir pour Bray-sur-Seine le 9 septembre. Le 10 devait avoir lieu l’entrevue, et le sire de Gyac, qui possédait toujours la confiance du duc, fut choisi par lui pour accompagner Tanneguy, et veiller à ce que toutes sûretés fussent prises, aussi bien d’une part que de l’autre.

Maintenant il faut que nos lecteurs jettent un coup-d’œil avec nous sur la position topographique de la ville de Montereau, afin que nous les fassions assister, autant qu’il est en notre pouvoir, à la scène qui va se passer sur ce pont, auquel Napoléon, en 1814, a rattaché un second souvenir historique.

La ville de Montereau est située à vingt lieues à peu près de Paris, au confluent de l’Yonne et de la Seine, où la première de ces deux rivières perd son nom en se jetant dans l’autre. Si l’on remonte, en partant de Paris, le cours du fleuve qui le traverse, on aura, en arrivant en vue de Montereau, à gauche, la montagne élevée de Surville, sur laquelle était bâti le château, et au pied de cette montagne, une espèce de faubourg séparé de la ville par le fleuve : c’est ce côté qu’on avait offert de livrer au duc de Bourgogne.