Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/529

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ser au roi, à la reine et à lui, la responsabilité de la garde de Paris, et à aller devers Rouen pour lui porter secours.

En conséquence, les articles de paix arrêtés quelque temps auparavant à Bray et à Montereau furent de nouveau signés par la reine et le duc de Bourgogne. Le 17 septembre, ils furent publiés à son de trompe dans les rues de Paris, et le duc de Bretagne, porteur du traité, fut chargé de le soumettre à l’approbation du Dauphin, et en même temps, pour le disposer à une réconciliation, il lui conduisit sa jeune femme [1] qui était restée à Paris, et pour laquelle la reine et le duc avaient eu les plus grands égards. [2]

Le duc de Bretagne trouva le Dauphin à Tours. Il obtint une audience de lui : lorsqu’il fut introduit en sa présence, le Dauphin avait à sa droite le jeune duc d’Armagnac, arrivé la veille de la Guyenne [3], pour réclamer justice de la mort de son père, et à qui justice avait été hautement promise ; à sa gauche Tanneguy-Duchâtel, ennemi déclaré du duc de Bourgogne ; derrière lui, le président Louvet, Barbazan et Charles Labbe, qui venait de passer du parti de Bourgogne au sien ; tous gens désirant la guerre, car ils avaient une haute fortune à espérer avec le Dauphin, et tout à craindre avec le duc Jean.

Quoiqu’au premier aspect le duc de Bretagne jugeât bien quelle serait l’issue de la négociation, il mit un genou en terre, et présenta le traité au duc de Touraine. Celui-ci le prit, et sans le décacheter, il dit au duc en le relevant : Mon cousin, je sais ce que c’est, on me rappelle à Paris, n’est-ce pas ? on m’offre la paix si j’y veux revenir ; mon cousin, je ne ferai point de paix avec des assassins, je ne rentrerai pas dans une ville encore toute éplorée et sanglante. M. le duc a fait le mal, qu’il le guérisse ; quant à moi, je n’ai point commis le crime, et ne veux point m’offrir en expiation.

  1. Marie d’Anjou, file de Louis, roi de Sicile. Le Dauphin l’avait épousée en 1413 ; mais, comme il n’avait que onze ans, ce fut en 1416 seulement que le mariage fut consommé.
  2. Enguerrand de Monstrelet. — Barante.
  3. Saint-Remi.