Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/442

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


haute et belle dame, envers laquelle il a contracté l’obligation de donner l’hospitalité à trente chevaliers, obligation qu’il remplit aujourd’hui de son mieux. Geoffroi demande quelle est cette dame : il apprend que c’est Brunissende. A cette réponse, il reste un moment en suspens ; mais cédant enfin à la curiosité qui le presse: — « Bel ami, dit-il au bouvier, pourquoi les gens de ce pays se lamentent-ils avec tant de bruit et d’extravagance ? — Vilain, répond le bouvier, devenu tout à coup furieux, tu n’échapperas pas à la mort que tu mérites. » Et là-dessus il lui lance une hache qu’il tenait à la main, et qui, de la vigueur dont elle est lancée, va se briser sur l’écu du chevalier. Geoffroi, qui avait eu la précaution de monter à cheval avant de faire la périlleuse question, s’enfuit à toute bride, poursuivi d’imprécations, d’injures, et à coups de pierre, par le furieux qui, voyant qu’il ne peut l’atteindre, revient sur ses pas, prend une grosse hache, met son char en pièces et tue ses bœufs. Geoffroi, qui s’est retourné pour voir cette extravagance, ne peut s’empêcher d’en rire, et poursuit son chemin tranquillement et sans aventure jusqu’à l’heure de none, où recommence l’étrange vacarme des lamentations et des cris du pays.

Vers le soir, aux approches de la nuit, il rencontre deux jeunes damoiseaux revenant de la chasse, l’épervier sur le poing et les chiens en laisse, qui lui offrent l’hospitalité avec tant de grâce et d’empressement, qu’il ne peut les refuser, et se met à chevaucher sur leurs traces, causant, riant avec eux. Mais au moment du coucher du soleil, voilà que, de tous côtés, s’élève l’effroyable tumulte dont il a les oreilles pleines depuis la veille, et les damoiseaux qui le conduisent se mettent à crier et à se désoler comme tout le reste. — « Pour Dieu, barons, qu’avez-vous, leur demanda Geoffroi, et que vous arrive-t-il pour vous lamenter et vous démener comme vous faites ? »

A cette question, la rage s’empare de ceux à qui elle s’adresse. « Don traître, chevalier mal né, s’écrient-ils, tu te repentiras de ta curiosité. » En parlant de la sorte, l’un lui lance à la figure son épervier faute d’arme, l’autre prend un lévrier par les pâtes, et en frappe de toutes ses forces le malencontreux chevalier. Il pique des deux, et ils le suivent en l’injuriant et le menaçant. Mais, au