Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/392

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


absente de ce vocabulaire figuratif, mais on y trouve la représentation d’une victime offerte en sacrifice, et la tête d’un démon ou mauvais génie. Ainsi, comme l’observe l’auteur du mémoire, ils étaient superstitieux avant d’être religieux ; il ajoute : « Cela sans doute n’a rien d’étonnant pour qui connaît la marche de l’esprit humain. » Je crois au contraire que plus on l’a étudiée, plus on a lieu d’être surpris d’un pareil résultat ; mais le fait, pour être embarrassant n’en est pas moins certain. Ce n’est pas du reste le seul cas où la Chine semble une exception en dehors des lois générales de l’humanité.

On ne trouve parmi ces signes primitifs ni tours, ni jardins, ni ville, ni rempart, ni roi, ni lettré, ni général, ni militaire, mais la figure d’un homme qui se courbe en avant, laquelle a fourni depuis le caractère qui signifie sujet ou ministre, et celle d’un sorcier ; l’une emblème de souplesse servile, l’autre de superstition craintive, elles annonçaient le peuple des lettrés et des bonzes. Il est curieux de trouver dès-lors un homme faisant la révérence, je ne sais pas devant qui, car il n’y a pas encore de roi, mais il y a déjà un sujet qui s’incline en attendant ; peut-être est-ce devant le sorcier.

Les vêtemens sont extrêmement simples. C’est la pagne et le bonnet ; le seul ornement qu’on trouve ici consiste en deux grains enfilés semblables au collier dont se parent les sauvages. Du reste, ni instrumens de musique, ni monnaies, ni verre, et ce qui est le plus significatif, point de métal.

Les armes ne manquent pas cependant ; il y a, pour cet article, neuf à dix signes, mais rien n’y indique l’emploi des métaux. Même à présent, le caractère de hache contient l’image de pierre, comme pour rappeler de quoi furent faites les premières haches : probablement elles étaient en silex comme celle des Germains et de tant d’autres peuples barbares.

Les animaux désignés par un signe simple sont, parmi les animaux domestiques, le chien, le cheval, le mouton, le cochon et le bœuf, les premiers serviteurs de l’homme ou ses premières victimes ; parmi les animaux sauvages, le léopard, le cerf, le rat, l’élan, le rhinocéros, deux sortes de lièvres. Cette distinction entre deux espèces d’un même genre, dans un temps où l’on