Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/381

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


essentiel pour s’y appliquer. Dire ce qu’il a fait, c’est toucher aux plus curieux produits de la science qu’il cultivait ; indiquer ce qu’il voulait faire encore, c’est indiquer où sont les problèmes les plus intéressans qui restent à résoudre.

D’après cela, ayant pour but de faire de cette notice comme un compte rendu du degré auquel M. Rémusat a porté et de l’état où il a laissé nos connaissances sur la Chine, je diviserai ses travaux d’après l’ordre des matières auxquelles ils se rapportent, ainsi qu’il suit :

1° Langue et écriture chinoise ;

2° Langues tartares, japonais, coréen ;

3° Histoire littéraire, belles-lettres ;

4° Sciences naturelles, arts mécaniques ;

5° Géographie, histoire ;

6° Philosophie et religion.

On voit que c’est presque le plan d’une encyclopédie ; mais que ce mot n’effraie pas mes lecteurs, je n’ai ni l’intention ni les moyens d’être profond. Mon désir est seulement de choisir sous ces différens chefs les résultats qui peuvent offrir l’intérêt le plus général et souvent le plus piquant : heureux si je trouvais pour les exposer un peu de cette clarté vive que leur autour savait si bien y répandre. Quoi qu’il en soit, faire connaître les travaux de M. Rémusat est une obligation pour quiconque a profité de son admirable enseignement. D’autres sauraient beaucoup mieux que moi s’acquitter de cette tâche, mais les plus faibles de ses élèves doivent contribuer à la remplir.


§ I. Langue et écriture chinoise.

Ce point a été un des plus controversés ; c’est celui qui a donné naissance aux plus grandes confusions et aux préjugés les moins fondés. Je crois utile de dire ici quelques mots touchant la langue et l’écriture chinoise ; l’une étant à peu près indépendante de l’autre, il est bon de les envisager séparément. Commençons par l’écriture.

On sait généralement que les Chinois n’ont pas d’alphabet. Cette circonstance, qui n’est pas particulière à leur écriture, a