Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/356

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en particulier, toute sa satisfaction pour avoir si bien accompli dans le travail définitif tout ce que M. Cuvier avait pressenti de sa valeur réelle dans le rapport général qu’il a fait sur la zoologie de l’Astrolabe.

Ces conclusions sont adoptées.

L’Académie procède à la nomination d’un nouveau membre, pour remplir dans la section de chimie la place vacante par le décès de M. Serullas. M. Dumas, sur 44 suffrages, en réunit 36 et est déclaré élu.

Séance du 13 août. — M. de Humboldt adresse de Berlin le premier volume d’une géographie comparée de l’Asie et une grammaire sanscrite. Le premier ouvrage, écrit en allemand, est de M. Ritter, le second est de M. F. Bopp et écrit en latin.

M. Payen communique un nouveau moyen, qu’il a imaginé, pour pré- server de la rouille les ouvrages en fer et en acier ; ce procédé consiste à plonger les objets qu’on veut préserver dans un liquide obtenu en étendant de trois fois son poids d’eau une solution concentrée de soude impure, solution désignée dans les manufactures par le nom de lessive caustique.

M. Duméril est élu membre de la commission chargée d’examiner les pièces envoyées au concours pour le prix de physiologie Montyon, en remplacement de M. Cuvier.

M. Becquerel lit une note sur la cristallisation de quelques oxides métalliques.

M. Guibourt lit un mémoire sur les caractères distinctifs des castoréums de Sibérie et du Canada. Le dernier, qui est presque le seul que l’on trouve dans le commerce, en France, en Espagne, en Italie, en Angleterre et dans une partie de l’Allemagne, est en poches allongées pyriformes applaties par la dessication, jointes le plus souvent deux à deux : il est dur, cassant, non friable, roux, d’une odeur fétide et d’une saveur amère et nauséabonde ; le castoréum de Sibérie, employé plus particulièrement dans l’est de l’Europe, est en poches doubles arrondies et tellement accolées l’une à l’autre, que la trace de la séparation n’est le plus souvent pas visible ; il est friable, jaunâtre, graveleux sous la dent, peu aromatique, d’une saveur qui d’abord très-faible devient ensuite très-amère. M. Guibourt le croit toujours mêlé de quelque substance étrangère. Son prix, rendu dans nos pays, est de lo à 12 fois plus élevé que celui du castoréum du Canada.

M. Gauthier de Claubry lit un mémoire sur les calcaires nitrifiables du bassin de Paris.

Lorsqu’on suit la Seine à partir de Vertheuil, où l’on exploite le calcaire grossier comme pierre à bâtir, et qu’on descend jusqu’à Tripleval,