Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/114

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


doctrinaires, qui s’efforcent de le prendre au piège de leur ministère. M. Dupin est à Paris. L’ordonnance qui lui inflige l’intérieur ou les sceaux est signée : on croit le tenir ; oh bien oui ! M. Dupin est déjà parti. Voici qu’il s’est réfugié dans la Nièvre ; voici qu’il se cache dans sa terre de Raffigny. Et les autres Dupin, savans ou non, de courir après leur frère ; et M. Persil, le procureur-général en personne, de se mettre en campagne pour essayer de rattrapper le fuyard !

Une mort malheureusement trop certaine, et qui ne sera pas démentie comme celle du roi d’Espagne, c’est la mort de l’auteur de Waverley. Ainsi donc encore un puissant génie, encore un grand poète, encore un grand homme frappé ! Combien en quelques mois !… Cuvier, Goëthe et puis Walter Scott ! Mais nous ne devons pas nous plaindre, a dit un malin journal, il nous reste notre bibliophile Jacob.

Charles X a dû quitter Holy-Rood, et s’embarquer pour aller chercher sur le continent un exil plus confortable. Qu’il aille en paix ! Il n’y a rien à dire sur une pareille misère ; il faut s’écrier, avec M. Victor Hugo :

Pas d’outrage au vieillard qui s’éloigne à pas lents !
C’est une piété d’épargner les ruines.

La statue de James Watt, l’inventeur de la machine à vapeur, vient d’être récemment placée à Westminster, dans la chapelle Saint-Paul : c’est bien juste. Si les rois s’en vont, voici l’avènement de la machine à vapeur, le grand levier du siècle, sa vraie divinité. À la machine à vapeur donc les statues et les autels au Panthéon et à Westminster.

Le célèbre amiral Codrington, appelé récemment en duel par un jeune homme au sujet d’une discussion électorale, n’a répondu à cette provocation que par l’offre d’un explication publique devant les électeurs. Pour que la conduite de l’amiral, dans cette circonstance, fût approuvée ainsi qu’elle l’a été généralement en Angleterre, il ne lui fallait assurément pas moins que ses antécédens de Navarin.

À Paris, le plus magnifique scandale de la quinzaine a été, sans contredit, la Justification de M. Barthélémy.

— Mais de quoi donc, m’allez-vous demander, était accusé M. Barthélémy, pour que lui, l’accusateur du siècle, se vît contraint de se justifier ?

— Oh ! de peu de chose ; il va vous le dire lui-même. De méchantes langues voulaient qu’il eût vendu son génie à la police de 22,000 fr. à 157,000 fr. : les calomniateurs n’étaient pas d’accord sur la somme. Mal leur en a pris, en vérité, de chercher querelle à M. Barthélémy :