Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/722

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Avertissement parce qu’il nous semble devoir faire époque dans l’histoire des préfaces. Il n’y avait rien eu, j’imagine, jusqu’ici de pareil. Jamais livre en se produisant n’avait si bien pris ses mesures et ne s’étlait adjugé une telle somme de louanges. C’est un défi porté aux admirateurs. Ils doivent renoncer à mieux dire. Quant à nous, nous ne le tenterons même pas. En vérité, toute raillerie à part, bien que M. Amédée Pommier ait mis en tête de son livre une épigraphe quelque peu ambitieuse, bien qu’il s’écrie dès la première page : Anch’io son pittore, « et moi aussi je suis peintre, » nous lui croyons trop d’esprit et de goût pour le soupçonner même d’avoir trempé dans l’inconcevable introduction qui précède ses poésies. Mais, qu’il ne se le dissimule pas, certaines gens seront de moins bonne composition que nous et le rendront solidairement responsable de l’Avertissement de son éditeur. Le moindre inconvénient qui en puisse résulter pour M. Amédée Pommier, c’est que le lecteur lui demande compte sèverement des magnifiques promesses du libraire. Dans ce cas, notre pauvre auteur se trouverait sans doute singulièrement embarrassé ; car enfin, il faut bien le dire, ses poésies ne manquent pas de cette facilité malheureusement trop commune aujourd’hui, et qui fait que chacun sait écrire assez correctement des vers passables, d’ailleurs on ne peut plus harmonieusement monotones ; mais c’est à-peu-près le seul mérite du livre M. Amédée Pommier appartient évidemment à cette nombreuse école née de l’ombre et du reflet de deux grands poètes. MM. Victor Hugo et Lamartine. On nous avait donné le droit d’attendre de lui plus d’originalité. Il faut que dans son prochain recueil il s’applique à justifier mieux encore les hautes espérances que nous avait fait concevoir son éditeur, et surtout que le succès de ses articles insérés au livre des Cent et un ne lui fasse pas perdre la tête.

Ce livre des cent et un [1], ce livre sur Paris, dans lequel il est question de Constantinople et de beaucoup d’autres choses qui n’ont guères de rapport avec Paris, a révélé bien des

  1. Chez Ladvocat.