Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/685

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et des orages qu’ils soulèvent, sait faire sortir par une loi supérieure la vie et le progrès de l’humanité.

Nous croyons l’esprit de mistress Trollope tout-à-fait digne de s’élever à cette conclusion. Car on se tromperait beaucoup si on induisait de ce que nous venons de dire, qu’elle manque déjugeaient ou de modération ; elle a beaucoup de l’un et de l’autre, et rien ne le prouve mieux que la révolution même qui s’est opérée dans ses idées. C’est le privilège des esprits libres et sensés de changer d’opinions ; quiconque n’a pas renouvelé les siennes cinq ou six fois dans sa vie est un fanatique ou un sot, et le plus souvent l’un et l’autre, car l’un fait l’autre. Entre de pareils esprits et celui de mistress Trollope, il n’y a rien de commun. Par conscience autant que par raison, mistress Trollope veut être impartiale, et elle l’est autant que la portée de son esprit le lui permet. Mais son esprit a des bornes qui raccourcissent ses jugemens ; il est sain et judicieux, il va droit et il pénètre, mais il ne s’élève pas. Elle voit les causes prochaines, elle ne voit pas les causes supérieures des effets qui la frappent. Elle n’a pas non plus cette faculté des grands esprits, de se voir eux-mêmes dans le spectacle qu’ils contemplent, jouant leur rôle, et faisant partie de la pièce ; elle oublie de se compter parmi les causes des impressions qu’elle reçoit. En un mot, elle n’arrive pas à cette ample vue des choses, du haut de laquelle tout s’explique, parce que tout se montre à sa place ; du haut de laquelle rien ne choque, parce que tout paraît ce qu’il doit être. Mistress Trollope est plus qu’une femme d’esprit, c’est une femme de sens ; il ne lui a manqué qu’une chose pour bien apprécier l’Amérique, c’est d’être une femme supérieure.

Ce qui lui est arrivé, est la chose du monde la plus simple. Elle a quitté l’Angleterre avec des idées et des habitudes qui n’étaient pas de même couleur ; ses idées étaient démocratiques et ses habitudes aristocratiques. Au fond, nous en sommes tous là, nous autres démocrates européens ; mais nous ne remarquons pas cette contradiction qui est en nous, et mistress Trollope ne s’en doutait pas. Ainsi faite, elle est tombée dans un pays où les habitudes, au lieu d’être venues avant les idées, sont venues après,