Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/680

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tant de grains échappés à l’épi du glaneur ?
D’où vient que sans profit tout ce bien s’éparpille,
Et que la main du sort gaspille
Tant de bonheurs pour un bonheur ?

L’âme demande en vain, rebelle et curieuse,
Quelle est de cette loi la clé mystérieuse :
Nul effort jusque-là n’est encor parvenu.
Toujours il faut souffrir dans un but qu’on ignore,
Vieillir en le cherchant encore,
Et mourir sans l’avoir connu !...

Mme AMABLE TASTU.