Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/611

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


EXCURSION


AU BLOCRSBERG


ET


DANS LES MONTAGNES DU HARTZ.


Traduit de l’allemand de H. Heine.




Il vient de se former en Allemagne une école qu’on pourrait désigner sous le nom de la doctrine du désespoir de cause. Les lettres de Boerne qu’on vient de lire en France, en sont un échantillon. Heine, l’auteur de ce fragment, écrivait avant Boerne. Ses tableaux de l’Allemagne et de l’Italie ont eu un immense succès. C’est la première fois qu’un Allemand se permet une raillerie aussi franche et aussi incisive de ces choses dont on se raille depuis long-temps parmi nous, de ces sentimens vieillis dont le dix-huitième siècle a fait justice, qu’on nomme encore en Allemagne enthousiasme, amour, patriotisme, lien de famille, etc. ; mais que nous désignons, nous autres, sous le nom générique de préjugés. Il est curieux