Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/586

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’est comme une sorte de gâteau magique jeté dans la gueule du lion subjugué pour l’endormir :

Melle soporatam et medicatis frugibus offam
Objicit.

mais ni les capitulations offertes, ni les transactions officieuses, ni les persécutions suscitées par les soutiens du passé, ni les échecs temporaires, ne peuvent déconcerter au fond la fatalité progressive qui pousse la révolution française ; elle est dans les esprits, dans l’air qui circule, dans le siècle qui ne la comprend pas encore ; elle se sert de tout, réactions, fautes et défections de ses ennemis, indignations populaires ; et quand tout est mûr, préparé, elle éclate, elle se lève, elle abat les insignes d’un passé devenu coupable pour planter son drapeau.

Quand vous songez à la France, monsieur, considérez avec respect les trois couleurs ; elles sont l’image sacrée de notre religion politique, l’unique symbole qui, à nos yeux aujourd’hui, signifie quelque chose : gloire de la patrie, indépendance nationale, émancipation européenne, liberté et puissance de l’esprit humain, voilà ce que représente pour nous le drapeau tricolore. Non, je n’oublierai jamais l’enthousiasme qui passa dans mon cœur quand je le vis reparaître ; c’était ma première joie patriotique, depuis qu’enfant, j’avais pleuré sur Waterloo, à côté de ma mère.

La révolution de 1830 est la reprise triomphante du mouvement rénovateur ; c’est une déclaration itérative de l’indépendance de l’esprit humain ; ç’a été le cri de l’homme qu’il est libre, de la société, qu’elle est souveraine. Enfermer la portée possible de cette révolution dans la continuation de la charte de 1814, en vérité ce n’est pas une erreur, c’est une bêtise ; vous figurez-vous le génie de la révolution française emprisonné à toujours dans les petits compartimens ménagés à Hartwell ou à Saint-Ouen ? Eh ! il a usé des choses plus ingénieuses ou plus solides ; il a usé la constitution de 9 1, les combinaisons de Sieyes ; il a usé Napoléon. C’est sa destinée de survivre à tous les instrumens qu’il emploie.